Le casse-tête de MaPrimeRenov’

L’État encourage fortement les travaux de rénovation énergétique comme nous le démontre le budget de 2 milliards d’euros pour MaPrimeRenov’ en 2021. Principale aide publique destinée aux particuliers qui souhaitent engager des travaux de rénovation énergétique et reconduit en 2022. D’autres dispositifs existent notamment les CEE (Certificats d’Économie d’Energie), aide financière financée par les fournisseurs d’énergie (Engie, Total, …).

Pourtant patience et courage sont de mise pour toute personne qui sollicite ces aides à la rénovation énergétique.

Le parcours du combattant pour MaPrimeRenov’

L’obtention de MaPrimeRenov’ devait être simple en créant son compte sur la plateforme dédiée gérée par l’ANAH. Fournir les pièces justificatives demandées sur les revenus perçus avant que l’ANAH notifie l’attribution de la subvention. Les travaux peuvent alors commencer et l’argent être réclamé. Mais en réalité cela tourne rapidement en casse-tête. Entre les bugs informatiques, les anomalies techniques, les retards dans le traitement des dossiers, de nombreux particuliers sont très mécontents du service. Voici quelques témoignages recueillis : « à chaque étape des démarches un nouveau problème’ », « je suis en train de lutter pour finaliser mon dossier », « cela fait un an que je suis sur le dossier sans que cela n’avance ». Tous ces témoignages montrent bien leurs difficultés et la création de situation catastrophique que cela peut entrainer. Certains sont parfois obligés de prendre un crédit pour pallier au retard de paiement de l’ANAH.

De plus, les démarches pour bénéficier de MaPrimeRenov’ se font entièrement en ligne. Le site lui-même est assez simple d’utilisation mais du fait que cela soit une démarche en numérique certaines personnes sont exclues. Certains particuliers auraient besoin d’un accompagnement humain. Un meilleur accompagnement étant la clé pour arrêter les arnaques.

MaPrimeRenov'

Les particuliers sont ils bien informés ?

Pour les entreprises, entre le changement constant des réglementations et la complexité des démarches, c’est difficile de s’y retrouver. Selon une étude réalisée en juin 2021 par Opinion Way, 56% des artisans du bâtiment ne se sentent pas légitimes pour parler des aides à la rénovation énergétique à leur client et ils ne les utilisent pas comme argument commercial pour 22% d’entre eux. 66% jugent ces démarches compliquées et 46% se disent bien informés. Pourtant ce sont les premiers acteurs de la transition énergétique, raison pour laquelle la nécessité de les accompagner dans ces démarches est primordiale.

Article précédent
Article suivant