Les promesses de la rénovation énergétique, du mythe à la réalité

Le milieu de la rénovation énergétique est en pleine expansion. Vous êtes sollicité de toute part. De nombreuses publicités aux promesses de la rénovation énergétique très alléchantes ont vu le jour, notamment sur une baisse de leur consommation d’énergie.

Des factures d’énergie toujours moins importantes

Il est courant d’entendre que changer de système de chauffage pour une pompe à chaleur favorise une baisse de la consommation d’énergie. Et de ce fait qu’une réduction conséquente sur la facture d’énergie est possible. Néanmoins les chiffres évoqués par ces entreprises sont souvent abusifs. Les calculs d’économie d’énergie se font en fonction de nombreux critères. Les m² chauffés, la puissance du matériel installé, les habitudes de vie, le climat, etc. Les fournisseurs de matériel qui estiment le plus souvent les économies d’énergie, le font sur des critères génériques. Pour estimer plus sûrement les économies d’énergie, rien de mieux qu’un Audit énergétique avant les travaux. Des artisans proposent également de mettre en place des capteurs, qui vont analyser les économies réalisées après travaux.

Promesses de la rénovation énergétique

Les panneaux photovoltaïques : une rentabilité illusoire ?

On annonce aussi la fin de factures d’électricité. En effet, certains installateurs affirment que les revenus tirés des panneaux pourront couvrir votre consommation d’électricité et même rembourser l’emprunt servant à les financer s’il y en a un. C’est inexact et déceptif. En moyenne, les installations solaires sont rentables au bout de 11 ou 12 ans. De plus, il peut être promis la revente de l’énergie que les panneaux produiront en plus de votre consommation quotidienne. Dans les faits, EDF a une obligation de rachat à 10 cts €/kWh.

L’isolation thermique : des chiffres annoncés sur les économies erronés

On peut réaliser des économies d’énergie en améliorant sur le long terme les performances thermiques de l’habitation. La baisse de demande en chauffage permet de réduire la consommation d’énergie . Et donc, à terme, de réduire la facture d’électricité ou de gaz. L’isolation thermique implique cependant d’importants travaux dont les coûts sont non-négligeables. Ils demandent de beaucoup investir pour espérer entrevoir une baisse d’économies sur sa facture d’électricité. En réalité, le retour sur investissement d’une isolation thermique ne se perçoit qu’au bout de quelques mois, voire quelques années en fonction de l’habitation.

Promesses de la rénovation énergétique

Les CEE, un système rodé

les montants des CEE (Certificats d’Economie D’Energie) fluctuent en fonction du marché. Contrairement à MaPrimeRenov dont les montants ont été définis une fois pour toute par l’ANAH. L’État fixe les forfaits, les seuils minimums. Ensuite, c’est un peu l’offre et la demande.
Les CEE fonctionnent par période, et nous arrivons en fin de période (la 4ème période, qui s’est étendu sur 3 ans). Les obligés (les fournisseurs d’énergie qui achètent les CEE) ont acheté quasiment toutes leurs obligations sur la période. Les prix chutent.
Ce schéma reste valable le reste de l’année. Il faut faire attention aux fluctuations entre le moment de l’offre de prime et le paiement de celle-ci en fin de travaux. Le montant sur l’offre de prime est valable 2 à 3 mois selon les délégataires, rarement plus. La prime est bloquée au moment de la signature du devis, elle ne peut plus baisser après. Sauf que, les travaux, parfois tardent, et au moment de payer, si les primes ont baissé, certains délégataires rechignent et vont chercher à « disqualifier » les dossiers sous des prétextes futiles.

Malheureusement toutes ces promesses non tenues discréditent le milieu de la rénovation énergétique. Cela crée des situations parfois complexes, pour vous comme pour les artisans. Échaudés par des effets d’annonce, vous avez de plus en plus de mal à faire confiance, au détriment d’ entreprises locales bien souvent fiables et sérieuses.

Article précédent
Article suivant